Accueil du site > Aller au ciné > Nous aimons > Real

Real

Réalisé par Kiyoshi Kurosawa
Japon - 2012 - 2h07
Sortie le 26 mars 2014 (Version Originale)
Soutien GNCR

Atsumi, talentueuse dessinatrice de mangas, se retrouve plongée dans le coma après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Son petit-ami Koichi ne comprend pas cet acte insensé, d’autant qu’ils s’aimaient passionnément. Afin de la ramener dans le réel, il rejoint un programme novateur permettant de pénétrer dans l’inconscient de sa compagne.
Mais le système l’envoie-t-il vraiment là où il croit ?

Les personnages de Kiyoshi Kurosawa sont souvent hantés par une faute originelle, le poids de la culpabilité, quelque chose à expier. Ce qui pèse sur le héros de Rétribution ou sur les fillettes de Shokuzai, c’est ce souvenir entêtant de la faute, cette tache qui envahit l’esprit. C’est souvent, aussi, ce qui empêche ses personnages d’être totalement humains, ils sont littéralement fantômes ou bien c’est comme si : le passé les avale et le présent est à peine là. Real, incursion du maître nippon dans la pure sciencefiction, met, si l’on peut dire, les mains dans le cambouis. L’horreur cérébrale de Kurosawa laisse place à une SF où l’on pénètre directement dans le cerveau pour voir ce qui s’y cache. Comment se reconnecter au réel. Et être vivant.
(…) Real est le film d’un immense poète, et un très grand film sur l’imaginaire. Un imaginaire qui se faufile dans une fête foraine abandonnée, ou dans une maisonnette où l’on assiste, bouche-bée, à une sorte de fascinante procession de fantômes derrière des voiles. La science du cadre de Kurosawa, sa lumière envoûtante, renversent et bouleversent. Il y a des moments de Real où l’on a l’impression que le réalisateur n’a même pas besoin de raconter quelque chose pour captiver : son talent seul de metteur en scène suffit pour évoquer, provoquer, exciter, émouvoir. On ne parlera pas de la surprise réservée par le film, jaillissement poétique comme on n’en a plus vu depuis les singes d’Oncle Boonmee. Et on imagine que si cette perle n’a pas été sélectionnée à Cannes, c’est pour de bonnes raisons. Mais à la vue de cette splendeur, on avoue ne pas comprendre cette absence...

Nicolas Bardot – Films de culte


Espace adhérents | | @elastick.net